poisson PoissyTriathlon.com, le site de Poissy Triathlon et de ses adhérents

Et de deux !

Publié le 23 juin 2010, 23:36

Pour la seconde année consécutive, Jessica HARRISON ravi le titre de Championne de France de Triathlon !

Les Championnats de France Elite étaient de retour ce week-end à Charleville-Mézières, au Lac des Vieilles Forges. Malgré l’approche de l’été, c’est bien un temps d’automne qui a attendu les triathlètes dans les Ardennes.
Mais il en fallait plus pour décourager les participants. Et ce sont les filles qui ont ouvert le bal, avec nos quatre pisciacaises en lice : Jessica HARRISON, Carole PEON, Bérengère ABRAHAM et Marine BONNETAUD (U23).

Une course très étirée, puisque dès les premiers mètres natation, un petit groupe de filles prend le large, avec parmi elles Jess et Bérengère.
A la sortie de l’eau, elles seront d’ailleurs quasiment seules. Jess s’échappe rapidement. Quelques secondes après, Morel et Lorblanchet s’organisent pour rejoindre la tête. Et ce sera chose faite. Pendant la majorité de la partie cycliste, elle rouleront à trois pour tenter de creuser l’écart. A l’arrière, Carole et Delphine PELLETIER sont isolées mais s’entendent pour limiter la fuite de la tête. Malgré leurs efforts, elles poseront le vélo à 1’29 » de la tête. Mais il en faut plus pour Carole qui décide de s’employer à aller chercher le podium.

A l’avant, Jess part seule et garde son avance, sans jamais être inquiétée, jusqu’à l’arrivée. Mais rien n’est joué pour les 2 autres places sur le podium. Carole parvient à remonter jusqu’à Lorblanchet et, dans les tous derniers kilomètres, avale Morel pour débouler sur la ligne d’arrivée en seconde position, décrochant ainsi une médaille d’argent après une véritable démonstration !

Bérengère se classe à une très encourageante 13ème place après un vélo effectué en grande partie toute seule.
Marine BONNETAUD, quant à elle, chute au pied du podium U23 et termine 4ème.

Bravo les filles ! (retrouvez l’interview exclusive de Jessica Harrison et Carole Peon en cliquant ici)
jess-charleville

Les hommes ont été les seconds à s’élancer. Tony MOULAI espérait défendre et améliorer sa seconde place de 2009, aux côtés de ses partenaires de club, Brice DAUBORD, Cyril MOREAU et Bertrand BILLARD (U23).

Même sur cette course, pas de changements : on prend les mêmes et on recommence. Le wagon rouge beauvaisien s’évade dès la natation. BELAUBRE, POULAT, RAPHAEL et SUDRIE s’organisent, infiltrés par LUIS qui n’oublie pas de monter à bord. Ils ne seront jamais repris.

A l’arrière, un premier paquet s’organise. Parmi les présents : Tony MOULAI, VIDAL, HAUSS, etc. Ca roule fort pour tenter de limiter la casse avec la tête. Mais il en faut plus pour distancer un Bertrand BILLARD remonté comme une pendule à bloc sur son G-MAX ! En l’espace d’un demi tour (5 kilomètres), il reprend le second paquet et impose son rythme. Ca dépote ! Le groupe se réduit considérablement, ne comptant plus que Bertrand, Tony, Laurent VIDAL et David HAUSS. VIDAL sera le dernier à faire les frais de TGV Bertrand et « sautera » dans le dernier tour.

Malgré tout,  ces efforts ne seront pas suffisants pour reprendre la tête qui pose avec 2’05 » d’avance. Tony effectuera une course à pied très rapide, mais cela ne lui permettra de terminer qu’à la 5ème place. Brice DAUBORD, pourtant éloigné une bonne partie de la course, remontra jusqu’à la 7ème place.

Bertrand, qui a tout donné à vélo, obtiendra tout de même une belle compensation en s’octroyant la 3ème place U23 (derrière LUIS et RAPHAEL) et une 9ème place au général.

Retrouvez tous les résultats en cliquant ici


FOCUS SUR… Jessica HARRISON, Championne de France 2010

jess-id
Jess, une nouvelle belle victoire en Championnat de France ! A quel moment de la course as-tu senti que tu pouvais aller la chercher ?

Je pense à la fin du vélo, quand j’ai su qu’on avait 1’30 » sur Carole et que j’avais des jambes correctes à pied.

Des conditions et un parcours difficile, aussi bien en vélo qu’à pied : est-ce qu’à un moment tu as géré ta course ou bien tu as tout donné du début à la fin ?

J’ai beaucoup donné en natation pour essayer de creuser un écart important. En vélo, j’ai vraiment essayer de forcer dans les parties plat/ descendant (j’avais mon SRM sur mon vélo qui m’a permis de me motiver en essayant de garder une puissance haute) et monter regulièrement (vers 280 à 300 watts) pour soit rester devant, soit forcer les filles à beaucoup rouler pour rentrer sur moi.

Après à pied j’ai geré les montées (pour éviter les crampes ou les coups de barre) et j’ai essayer de me placer sur le plat et les descentes pour garder un bon rythme – j’avais quand même « du pied » malgré le vélo dur effectué avant et j’ai senti que je courais bien placé.

Ton calendrier sportif est assez chargé, avec bon nombre de courses internationales. Est-ce que tu participes à toutes les courses avec le même état d’esprit et la même motivation ?

Je suis toujours motivée – les enjeux ne sont jamais les mêmes, mais c’est aussi important pour moi (voir plus !) de briller pour le club que de faire des perfs sur les WCS. Par contre il y a des courses que j’aborde avec un peu moins de récupération que d’autres. Ces courses-là, je les cours dans une optique de performance et dans un souci de travailler certains aspects de ma course en vue des objectifs majeurs (la finale du WCS par exemple). Concrètement : à Dunkerque, c’était vu d’avance avec Stephanie (ma coach) que j’allais faire une course pleine en roulant fort à vélo, pour bosser cette partie de la course.

Quel est maintenant ton programme pour les prochaines semaines et quel est le prochain objectif que tu t’es fixé ?

Maintenant j’aborde un gros cycle de travail pour préparer les prochaines World Champs Series à Hambourg (dans 4 semaines) et Londres (dans 5 semaines). La course des France fut la première grosse séance du cycle !


FOCUS SUR… Carole PEON, Vice-Championne de France 2010 et nouvelle recrue pisciacaise

carole-id
Carole, tout d’abord bravo pour ta course. Tu termines 2ème en effectuant une belle remontée à pied, alors que tu poses le vélo avec 1’29 » de retard sur les 3 premières. Dans quel état d’esprit es-tu à ce moment là ? Est-ce que tu crois à une possible remontée ?

Beaucoup de paramètres se bousculent dans ma tête quand je pose le vélo… Après cet effort intense dans le froid, vais-je avoir des crampes ? Va-t-il me rester assez d’énergie pour ne pas faire une hypoglycémie avant la fin ? Mes pieds vont-ils se réchauffer pour que je sente enfin quelque chose ? Et puis, ce que je ne sais jamais avant de commencer : mes jambes vont-elles être deux bouts de bois ou vais-je avoir de super sensations ?

En revanche, mentalement, je suis très motivée et la minute 30″ de retard est loin de me faire baisser les bras. Quoi qu’il en soit, je ne doute pas de pouvoir au moins faire 3e… En revanche, la 2e place me semble compliquée. Je pars donc avec une grosse motivation, d’autant plus que je sais le parcours très sélectif et parfait pour moi : de longues descentes idéales pour mon type de foulée et, d’une manière générale, le relief très varié qui demande d’adapter sa foulée à chaque instant me convient très bien. A Montpellier, où je m’entraîne, je fais tous mes footings rapides sur ce genre de terrain.

Après un parcours vélo très sélectif effectué à deux avec Delphine Pelletier et des conditions météo difficile, où as-tu trouvé les ressources pour aller chercher cette seconde place ?

Delphine et moi nous sommes très bien entendues à vélo. Nous avons profité des points fors de chacune pour limiter l’écart. Cette collaboration m’a motivée. Parallèlement à cela, j’étais assez énervée contre moi-même à cause de mon début de course, même si à froid je relativise. A chaud, mes sentiments étaient assez virulents mais j’ai réussi à les maîtriser pour en faire une force. Parce que la realité c’est que la 1ère place m’échappe complètement à cause de mon manque d’efficacité à velo à la sortie de l’eau. C’est là que je perds définitivement la course: 35″ dans l’eau et 40″ dans le 1er tour vélo.

Ensuite l’écart reste stable. En fait, j’étais un peu vexée et je me devais de tout tenter, pour moi, mon club, Stéphanie GROS mon coach, et les quelques cadres du staff fédéral qui sont très présents autour de Stef et moi-même pour que je passe « LE CAP ».

Selon toi, qu’est-ce qui t’as manqué pour te rapprocher de la victoire ?

5 kilomètres à pied 🙂 Non je plaisante… Tout s’est joué dans la première bosse, il faut encore que je travaille ce premier enchaînement. Dimanche, Jess était de loin la plus forte et elle a mérité de gagner 1000 fois ! Bravo ma Jess ! (sic)

Comme pour Jess, quel est maintenant ton programme pour les prochaines semaines et quel est le prochain objectif que tu t’es fixé ?

Je pars jeudi 1er juillet pour les Europes en Irlande, je mets beaucoup d’espoir dans cette course. Ensuite il y aura 10 jours avant d’enchainer les étapes 4 et 5 du Championnat du Monde à Hambourg et Londres. Cela nous amène au 25 juillet. Jess et moi aurons ensuite une semaine de repos puis un nouveau cycle de travail sera entamé avec un enchaînement de stages pour moi (Briançon et Prémanon) afin de préparer Budapest, le 12 septembre prochain (finale du championnat du monde).

poisson