poisson PoissyTriathlon.com, le site de Poissy Triathlon et de ses adhérents

Escape From Alcatraz – Stephan Bole en finisher

Publié le 25 juin 2012, 14:17

Le 10 juin dernier, plus de 2 000 triathlètes se sont donnés rendez-vous à San Francisco (Etats-Unis) pour y disputer l’une des courses les plus difficiles au monde : l’Escape from Alcatraz Triathlon.

Depuis 1981, cet évènement attire les meilleurs triathlètes internationaux désireux de se confronter à la difficulté de cette épreuve dont le départ est donné d’un bateau à 7h30 du matin, à proximité de l’Île d’Alcatraz, rendue célèbre pour avoir hébergé l’un des centres de détention les plus fermés des Etats-Unis, avec comme pensionnaire le patron de la mafia de l’époque : Al Capone.

Les participants ont alors moins de six minutes pour s’élancer. Le parcours débute par 1,5 miles (environ 2400 m) de natation dans les eaux glaciales de la baie de San Francisco suivis d’une course à vélo éreintante de 18 miles (21,8 km) avant de terminer par 8 miles (près de 13 km) de course à pied à travers les sentiers accidentés du Parc National de San Francisco.

Stephan Bole, triathlète au club, a relevé cet incroyable défi en terminant à une extraordinaire 98e place (4e dans sa catégorie à 50 secondes du podium). Un exploit à la mesure du parcours professionnel et sportif que le sociétaire du Poissy Triathlon accomplit depuis plusieurs années. Récit de cette surprenante aventure :

« Je suis allé à Alcatraz pour deux raisons : la convention mondiale du jeu vidéo se tenait à Los Angeles la semaine précédant la course et Greg Rouault (vainqueur en amateur et 9e au scratch en 2007) me parlait de cette course depuis des années avec des yeux qui pétillaient à chaque fois. Lorsque mon agenda professionnel s’est rempli, j’ai regardé les dates et décidé de prolonger le week-end de Los Angeles à San Francisco. Au final, c’est la course la plus fun que j’aie jamais couru. La natation est dantesque, avec à chaque respiration une vue sur la prison, les miradors, le Golden Gate Bridge à droite, San Francisco à gauche, un courant de malade (+ de 10km/h de côté) et des requins qu’on imagine à 20 mètres sous la surface… le tout dans une eau à moins de 12 degrés. Toutes les conditions sont donc réunies pour ne pas traîner dans l’eau… Puis, vélo et course à pied dans San Francisco (pétards à 20% à vélo dans les rues de la ville) et à travers le Parc National du Golden Gate Bridge… Un paysage superbe ! Au final, une bonne course pour l’amateur que je suis avec une 98ème place sur 2000 participants. »


Crédits photos © Brightroom

poisson