poisson PoissyTriathlon.com, le site de Poissy Triathlon et de ses adhérents

JO Londres 2012 – Le bronze autour du cou d’Erin Densham

Publié le 4 août 2012, 13:22

Samedi 4 août 2012, 09h00. 55 triathlètes de toutes nationalités se sont élancées dans the Serpentine, le plan d’eau de Hyde Park, pour disputer l’épreuve olympique de triathlon féminin.

Dès les premiers hectomètres, la britannique Lucy Hall, co-équipière de luxe sélectionnée pour accompagner sa compatriote Helen Jenkins, prend le large de la partie natation en compagnie de trois autres athlètes. Tout au long des 1 500 mètres de nage, ce seront finalement 7 athlètes qui se seront regroupées aux avant-postes, dont la pisciacaise et Française Jessica Harrison qui ferme le ban mais sans vraiment être au contact du groupe. A l’arrière, les poursuivantes pointent déjà à plus de 30 secondes.
C’est un groupe de 6 athlètes qui s’extirpe de l’eau, suivi à quelques secondes par Jessica. Quelques secondes fatales à la française qui manque le 1er groupe de rien et se voit contrainte d’attendre les poursuivantes sorties avec plus de 30 secondes de retard.

Retard finalement comblé dans les deux premiers des 7 tours de vélo par le groupe de chasse (qui a absorbé Jessica entre temps) composé du quasi gratin mondial dont les pisciacaises Erin Densham (Australie), Andrea Hewitt (Nouvelle-Zélande), Radka Vodickova (République Tchèque) et Kate McIlroy (Nouvelle-Zélande).

A l’arrière, le désormais groupe des poursuivantes, composé de la française et pisciacaise Carole Peon et de sa compatriote Emmie Charayron, pointe à plus de 1’00 au début du vélo. Cet écart se creusera pour atteindre plus de 1’30 » à la fin du parcours cycliste.

C’est donc la course à pied qui a servit de juge de paix. A l’issue la seconde transition, toutes les athlètes qui composaient le 1er pack vélo prennent la route pour un 10km très rapide. Très vite, les habituées du circuit WTS (World Triathlon Series) prennent les commandes de la course, à commencer par Erin Densham qui emmène tout ce petit monde à un train d’enfer. Erin qui déclarait d’ailleurs avant la course :

Je ne me considère pas vraiment comme l’une des favorites, il y a tellement de filles qui peuvent gagner la course… Je suis déjà vraiment heureuse d’être sur la ligne de départ et je serais là pour donner le meilleur de moi-même.”

Elle ne croyait pas si bien dire. Sous son impulsion, les écarts se creusent et les moins rapides commencent à craquer. Ce qui était au départ un groupe composé d’une douzaine d’athlète se décompose pour laisser la place à un groupe de 9, puis de 8.

Jessica Harrison se fait distancer à mi-parcours, incapable de répondre au rythme imposé par Densham, Norden, Spirig, Hewitt et Jackson.
Puis c’est au tour de Groff, Jackson puis Andrea Hewitt, n°1 mondiale et ultra-favorite, de se laisser distancer.

La course se finira par un sprint endiablé emmené par la suissesse Nicola Spirig au coude-à-coude avec la suédoise Lisa Norden, et un passage de ligne ex-aequo (le départage sera fait après la course, Spirig l’emportant sur Norden).

Erin Densham, qui ne se voyait pas favorite avant la course mais qui a pourtant régné sur la majeur partie de la saison, s’empare d’une très belle médaille de bronze !


Crédit photos © ITU / IOC

RESULTATS

1- Nicolas Spirig (SUI), 1:59:48.00
2- Lisa Nordern (SWE), 1:59:48.00
3- Erin Densham (AUS) – 1:59:50.00

6- Andrea Hewitt (NZL) – 2:00:36.00
9- Jessica Harrison (FRA) – 2:01:22.00
10- Kate McIlroy (NZL) – 2:01:28.00
20- Radka Vodickova (CZE) – 2:02:24.00
29- Carole Peon (FRA) – 2:03:58.00
36 – Rachel Klamer (NED) – 2:04:59.00
43- Aileen Morrison (IRL) – 2:08:16.00

poisson