poisson PoissyTriathlon.com, le site de Poissy Triathlon et de ses adhérents

Daniel l’Hawaïen !!

Publié le 16 novembre 2016, 11:48

1-105_3rd-188958-ft-1369_033264-4434099
Etre obstiné et persévérant ça paie. Voici une belle leçon que nous donne Daniel Fasanelli. Kona, c’est son objectif depuis de nombreuses années. Alors qu’il s’était brillamment qualifié pour l’Ironman d’Hawai en 2015, Daniel avait dû revoir ses objectifs à la baisse à la suite d’un accident durant sa préparation finale. Diminué, il y était tout de même allé pour faire la partie natation et vélo et surtout pour s’imprégner de l’ambiance et repérer ce site fabuleux du Triathlon.

2-122_3rd-188958-ft-1369_069706-4434116En 2016, le sort semblait s’acharner. Daniel a connu un début de saison difficile suite à un accident de vélo et a dû adapter son programme. Inscrit à la dernière minute à l’Ironman de Maastricht, Daniel s’est qualifié haut la main pour Kona pour la deuxième année consécutive (1er de sa catégorie en 9:49:14).
Cette fois ci, le but était d’y aller sereinement et à 100% pour y être le plus compétitif possible et viser un top 10 dans sa catégorie d’âge. Malheureusement, les dernières semaines de sa préparation ont été encore une fois chamboulées.
Daniel a su faire face aux aléas de la vie, s’adapter et tout donner le Jour J pour montrer tout son courage et ses motivations. Avec la dernière ligne droite de sa préparation finale perturbée et une arrivée sur l’ile Hawaienne retardée au maximum (le mercredi avant la course), Daniel a livré une partition de qualité. Il a de nouveau montrer sa résilience et persistance en dominant les moments de doutes et de difficultés pour franchir la ligne en 10:05:52, terminer 14ème de sa catégorie d’âge, et prendre un « véritable pied pendant les 10 derniers kilomètres ».

Imaginez les colliers de fleurs et inspirez-vous de l’interview de Dan à son retour de Kona.

L’histoire est donc belle et nous sommes extrèmement fiers de la performance de Daniel qui a tout donné et n’a rien à se reprocher. Comme il nous l’avouait, il n’avait plus rien dans les chaussettes à la fin de cette course extrêmement difficile. Lucide dans son analyse de course, il reconnaît avoir fait une partie natation et vélo parfaite mais avoir péché sur son point fort habituel, la course à pied (en bouclant son marathon en 3h35 au lieu des 3h15 habituels). L’important est qu’il a déjà analysé les raisons de ce marathon plus compliqué et qu’il sait comment facilement gagné 20’ la prochaine fois.
« Il ne faut pas oublier que je ne suis qu’un amateur et que sur une préparation aussi longue, il est très compliqué que tout se déroule sans accroc pour arriver à 100% dans les trois disciplines le Jour J. Il faut donc être fort mentalement et s’adapter. J’ai vraiment passé deux heures compliquées sur le marathon où j’étais au plus mal mais j’ai su m’accrocher pour prendre un pied énorme sur la fin de course. C’est sans doute ma plus grosse satisfaction »

3-145_3rd-188958-ft-1369_087946-4434139Compétiteur un jour, compétiteur pour toujours, daniel est impréssionant dans son analyse objective et pertinente. Fin stratège, il a déjà les yeux rivés sur les deux prochaines saisons.
Au programme pour 2017, recharger les batteries car les deux dernières saisons ont été intenses et reprendre un peu de vitesse sur des distances un peu plus courtes. Daniel visera le titre dans sa catégorie d’âge aux Championnats de France Longue Distance et un Ironman de fin de saison pour obtenir le plus tôt possible sa qualification pour Hawai 2018.

 

« J’ai besoin de souffler, de récupérer. Il ne faut pas oublier que la récupération fait partie intégrante d’une préparation. Les différents soucis que j’ai eu ces 12 derniers mois m’ont fait prendre conscience de ce besoin pour la récupération que nous avons tendance à oublier lorsque nous avons la tête dans le guidon. Si on veut vraiment progresser il faut savoir se reposer »
Sans trop en dévoiler, Daniel a donc déjà dégagé des axes importants pour sa préparation. Il misera sur beaucoup de technique et de travail d’endurance musculaire pour developper encore plus sa base d’athlète. « On m’avait vendu trois sport, mais le triathlon c’est bien plus que cela!! Il y a bien entendu la natation, le vélo et la course à pied mais il ne faut pas oublier la nutrition, la musculation, le gainage etc.. »

Un grand bravo donc à Daniel pour ses performances et un grand merci pour cette interview qui en inspirera plus d’un c’est certain.

Pour terminer, voici trois conseils importants de Daniel:
« Pour réussir, il faut une motivation profonde qui vous porte dans les bons et les mauvais jours. Il faut aussi prendre du plaisir dans les petites victoires de tous les jours à l’entrainement. Profitez de vos progrès !! Enfin, ne soyez pas frustrés…faites ce que vous avez travaillé à l’entrainement le jour de la compétition et donnez votre maximum. Vous ne pourrez qu’ être satisfait à l’arrivée !! »

poisson